Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

PÊCHE SPORTIVE & LOISIR ECO-RESPONSABLE QUOTATS SUR LE BAR

Publié par Moniteur Guide de Pêche Ollivier Berry

MONITEUR GUIDE PÊCHE BRETAGNE.

LES NOUVEAUX COMPORTEMENTS DURABLES DES PÊCHES EN MER

GESTION DES RESSOURCES / PÊCHES RESPONSABLES IKEJIME LA PRÉPARATION DES POISSONS RESPECTUEUSE ET DURABLE

A voir en suivant ces liens deux sujets sur les méthodes de pêche actuelles, et l'émergence de nouveaux comportements d'esprits durables et respectueux des ressources halieutiques.

IKEJIME venue du  Japon : une méthode qui respecte les animaux lors de leurs mises a mort, pour le bonheur des palais.

 
NOUVEAUX COMPORTEMENTS DES PÊCHES PRO VIDÉO SUR LA PRÉPARATION DES POISSONS "IKEJIME"
 
 
SALE TEMPS POUR LE CHALUT BIENTÖT LA FIN D'UNE DÉMARCHE ABSURDE

SEA SHEPHERD A LORIENT CONFÉRENCE SUR LE BRACONNAGE DU BAR ET AUTRES RESSOURCES

MARS 2016

Ce sont les Braves de SEA SHEPHERD qui se lancent dans la surveillance de l'application des lois sur la protection de la ressource du Bar lors de sa reproduction avec cette conférence :

PROTECTION DE LA BIODIVERSITÉ. CONTRÔLE DES PÊCHES. UNE GRANDE MISSION DE FAIBLES MOYENS.

MARS 2016

 

Avec la mise en place des nouvelles orientations en faveur de la gestion des ressources marines et la mission du contrôle des pêches, quels sont les moyens pour y parvenir ?

Pour la baie de Saint Malo, le contrôle, des pêches maritimes et de loisirs est assurée par seulement trois navires et 2 ou 3 embarcations type semi rigide.

Les navires du contrôle des pêches Ille et Vilaine.

 

 

Les navires et leurs annexes sont pilotés par la Gendarmerie, les Affaires Maritimes, et une vedette de la Douane avec des renforts ponctuels saisonniers d'autre brigades extérieurs au domaine maritime de la Baie de Saint Malo.

Cette noble mission n'est hélas qu’une des attributions de ces effectifs qui doivent surveiller une zone maritime côtière et hauturière très vaste qui s'étend du Cap Frehel, jusqu’à la Baie du Mont Saint Michel. En passant par l'archipel de Chausey, et les estuaires qui constituent la Côte d’émeraude.

Cette mission qui n'est pas la seule des fonctions que doivent assurée les autorités n'est qu'une des nombreuses attributions des effectifs présent actuellement.

 

Mais ils ne peuvent être partout de jour comme de nuit, sur l'eau et  surtout, tout le long de la côte.

La ou se pratique les pêches de loisirs et sportives sur les pointes rocheuses, les plages tout au long du littoral.

Enfin qui contrôle ce qui se passe la nuit en mer, ou sur les digues et jetées. Comment peut on assurer une vraie mission de protection de cet environnement naturel fragile sans augmenter les effectifs pour faire face à la montée croissante de la fréquentation du public.

Car les personnes qui sont éduquées par les Moniteurs Guide de Pêche, ou par les brochures mises a disposition pour de bonnes pratiques des pêches sportives ne représentent qu'une moitié au mieux du total des pêcheurs qui impactent le littoral et la mer.

 

DES GARDES PÊCHE COMME RENFORTS DE PROTECTION DE LA BIODIVERSITÉ.

 

Il est indispensable de créer des emplois de gardes pêche à la côte, et sur l'eau comme cela se fait dans d'autres départements littoraux en France ou en eau douce ou la gestion des cours d'eau est plus efficace.

Ces nouveaux effectifs pourront renforcer la protection des zones sanctuaires, classés Natura 2000 ou toutes les parties en mer, a terre pour informer, et réprimer si nécessaire les contrevenants, braconniers.

Ces actions sont mise en place en Baie de Somme ou des Gardes Pêches viennent compléter les effectifs déjà à l’œuvre.

 

MODIFIER LA LÉGISLATIONS SUR LES ENGINS DE PÊCHE NON SÉLECTIFS QUI NE PRÉSERVENT PAS LA RESSOURCE

Il subsiste des méthodes et engins de pêche de loisirs non sélectifs qui  ne permettent pas de relâcher les poissons sous taille ou pêchés en période de fermeture. Des plaisanciers qui posent des filets à cette époque de l'année pour prendre du poisson plat, de la Roussette, peuvent se retrouver avec un banc de Bar juvéniles sur 50 mètres de longueur ! Je l'ai déja vue et dans ce cas tous les poissons sont mort et impossible rendre à la vie.

Il en va de même avec les lignes de fonds posées sur les plages qui capturent des Bar ou autres poissons sous taille. Lorsque le pêcheur viens relever cet engin il ne peut pas relâcher ses prises car elles sont mortes ! résultat même si ils ne font pas la taille ces poissons finissent dans le congélateur et encore une fois qui peut contrôler tout cela.

En Grande Bretagne, en Irlande, tout cela est interdit depuis longtemps et l'état de leurs stocks est en bon état.

LIEN : ETUDE D'IMPACT ET PRATIQUES DES PÊCHE LOISIRS ET PROFESSIONNELLES EN BRETAGNE

 

Bref il y a vraiment du travail à faire et personnellement je veux bien aider à assurer cette mission de veille et de protection de la biodiversité marine.

il faut que les pouvoirs publics se rapprochent des intervenants qui sont présent sur l'eau la plus part du temps de mars à décembre et qui exercent déjà une mission de formation au respects des pêches de loisirs et sportives durables.

Car les Moniteurs Guide de Pêche pour qui la pêche du Bar représente plus de 60% des demandes de prestations sont plus disponible maintenant de mars a juin pour assurer lors de leurs temps libre cette mission citoyenne !

 

Et pour finir sur des infos plus optimistes avec news sur la conférence de Rennes à propos de la bonne gestion de la ressource halieutique à voir ici :

http://www.lemarin.fr/agenda/rennes-conference-sur-la-ressource-halieutique-et-la-politique-europeenne

 

Et un bon papier sur le site de Green Peace sur les professionnels de la petite pêche pour qui c'est que du bon sens et surtout de l'espoir ces nouvelles législations.

http://oceans.greenpeace.fr/des-nouvelles-du-front-de-la-petite-peche

BRETAGNE MONITEUR GUIDE DE PÊCHE OLLIVIER BERRY

donner une voie aux petits pêcheurs artisans lors de la réforme de la Politique Commune des Pêches,

GESTION DE LA RESSOURCE BAR / LEGISLATION 2016

FEVRIER 2016

Evidement ces nouvelles dispositions vont etre difficile a mettre en place que ce soit pour les professionnels qui exercent les arts trainants : chalut pélagique, de fond, bolinche, et il suffit de lire ces quelques articles totalement scandaleux a voir dans le Marin ici :
http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/peche/24263-bar-les-chalutiers-de-fond-ignorent-le-moratoire-et-lassument

Ou encore là :

http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/peche/24139-le-moratoire-sur-la-peche-du-bar-pas-applique-faute-de-texte

Ollivier BERRY

BRETAGNE PÊCHE LOISIRS EN MER NOUVELLE LEGISLATION EN MARCHE

JANVIER 2016

LA LEGISLATION POUR LA SAISON 2016 PÊCHE SPORTIVE ET DE LOISIR DU BAR A VOIR EN PAGE ARTICLE ICI :

http://guidepeche.over-blog.com/2016/02/bretagne-peche-bar-quotas-au-29-01-16.html

EVOLUTION LEGISLATION PÊCHE DU BAR DES MESURES D'URGENCE INCONTOURNABLES !

Suite de la situation depuis les premières mesures proposées par la Comunauté Européene l'an passé.

Cette fois c'est sans appel et c'est enfin une lueur d'espoir pour l'avenir de cette espèces qui sans quoi pourrait atteindre un seuil de non régénération.

Liens vers le site de nos voisins Grande Bretagne :

http://www.saveourseabass.org/fr/accueil/
 

PÊCHE DU BAR 2016 UN POINT SUR LA RÉGLEMENTATION

AU 10 JANVIER 2016

https://www.facebook.com/guidepechebretagne/posts/1120263207998316
Si on étudie les textes et articles parus dans les différents quotidiens on peu conclure que pour la pêche de loisir la restriction de pêche est mise en œuvre pour février et mars comme pour les professionnel ligneurs.

 

La période d'interdiction pourrait être de trois à six mois selon les engins, avec une interdiction de six mois pour les chalutiers de fond et les senneurs, et une interdiction ramenée à trois mois pour les métiers à l'hameçon, du 28 janvier au 30 avril, comme en 2015.
A partir d'avril le quota journalier est d'un Bar par personne par jour.
C'est une mesure qui consiste a pêcher mais ne conserver qu'une seule prise pour la consommation personnelle.
On peu donc pêcher il faut simplement conserver dans un vivier les poissons pour ne choisir qu'un individu a la fin de la séance.

 

Tous les bateaux sont quasiment équipé de viviers ou peuvent en fabriquer un a l'aide de la glacière que l'on trouve bien souvent dans les bateaux de pêche de loisirs.
La fermeture jusqu'au 30 juin concerne la pêche aux engins trainants : chalut pélagiques, seine, etc.

 

pour l'instant aucun texte de loi décrets ou autres n'ont été mis en place.
Bien entendu on revoit sortir les arguments démago mercantiles qui consistent a dire que c'est la mort de la peche de loisir mais il y a bien d'autres espèces que l'on peu pêcher et c'est impératif aujourd'hui de faire des efforts si l'on veut pouvoir continuer de pêcher le Bar dans les 10 ou 20 ans a venir.
Vous pouvez consulter les infos sur le site :
http://24leurres.com/leurope-propose-un-quota-dun-bar-par-…/

ENFIN DES MESURES POUR UN AVENIR DE LA RESSOURCE !

DECEMBRE 2015

Si par bonheur cette proposition est votée sans être totalement démontée par les lobbys toxiques de la pêche soutenu par les députés Européens Français comme ce fut le cas pour la pêche de grand fonds.

La ressource peut etre encore sauvée avant d'arriver au même niveau que le gestion de la ressource Cabillaud a Terre Neuve ou l'on a bien vue ce que fut le résultat.

Ces mesures incontournables associées a celles que l'on a mis en place pour la pêche récréative ne peuvent que permettre à la nature de reprendre son soufle.

Donc la pêche de plaisance doit également suivre les mesures de quotats n'en déplaise a certains il en va de l'avenir des ressources marines !

A suivre donc.

 

Liens vers les différentes propositions et réactions :

https://www.google.fr/search?q=p%C3%AAche+du+Bar+interdiction+&ie=utf-8&oe=utf-8&gws_rd=cr&ei=LQxJVtCkEIiUaPDDtegN

 

DOC SOURCE AFP

Bruxelles

Environnement

Publié le 13 novembre 2015 à 18:01:40

Bar: les pêcheurs français jugent « disproportionnée » l’interdiction envisagée par Bruxelles

Le Comité national des pêches (CNPMEM) juge « disproportionnée » l’interdiction de pêche de six mois envisagée par la Commission européenne pour protéger les ressources en bar, dont les pêcheurs français réalisent 70% des captures.
Les propositions publiées cette semaine par Bruxelles sont « disproportionnées et irresponsables, puisqu’elles vont impacter très fortement l’ensemble des métiers ciblant le bar, en particulier les plus petites unités de pêche très dépendantes de cette espèce et dans l’impossibilité de se diversifier », critique le CNPMEM dans un communiqué.
La Commission a proposé une interdiction totale de la pêche au bar pour le 1er semestre 2016, suivie d’une limitation à une tonne de bar par mois pour le second semestre, selon le Comité.
Les pêcheurs rappellent avoir déjà subi « des pertes de chiffre d’affaires » suite à l’interdiction de la pêche au bar au chalut pélagique décrétée en urgence par Bruxelles entre janvier et avril dernier, pour protéger l’espèce pendant sa période de reproduction.
Si ces mesures étaient renouvelées en 2016, « elles entraîneraient une baisse d’environ 60% des quantités débarquées annuellement et impacteraient près de 950 navires de pêche professionnelle sur l’ensemble de la façade maritime Manche/Mer du Nord », estime le CNPMEM.
« Or la Commission propose d’aller plus loin », puisque la pêcherie serait fermée « pendant 6 mois consécutifs, suivis d’une période d’activité fortement restreinte », souligne-t-il, en craignant les conséquences « socio-économiques ».
Les pêcheurs proposent à la Commission de mettre plutôt en place un système de « limitation trimestrielle de captures basée sur les limitations mensuelles appliquées en 2015″.

 

© 2015 AFP

UNE SAINE PRISE DE POSITION DES PECHEURS DE ST CAST

Pêche au bar interdite à Fréhel

http://apsc22.free.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=9&Itemid=33

 

 

Depuis quelques années maintenant, la période d'interdiction de la pêche du bar sur la zône du Cap Fréhel s'étend du 1er Mars au 31 Mai. Les avis sont partagés quant au bien-fondé de cette décision, mais la règle existe et il est prudent de s'y conformer.

Rappelons que c'est en 2005 qu'a été promulgué l'arrêté d'interdiction, ainsi la saison 2006 avait été réussie, et d'aucuns pensaient que l'interdiction était positive dans ses effets immédiats. 2007 s'est avérée une mauvaise saison pour le bar, (ou pour ses prédateurs naturels!), mais il semble d'ores et déjà que le fiasco est général sur une grande partie du littoral breton. Qu'on se le dise, cela ne peut que s'améliorer..On sait maintenant que 2008 n'a en rien amélioré les résultats et cependant Ifremer confirmait qu'il n'y avait pas pénurie de la ressource…Les années 2010 et 2011 nous laissent perplexes tant les résultats sont variables d'un secteur à l'autre. En tout état de cause l'APSC recommande à ses adhérents de se conformer aux règles en vigueur.

Nous voilà fin 2013 et la situation n'a pas favorablement évolué. Nous en sommes a répercuter la prise de quelques bars comme un évènement!

Les relevés annuels des prises sont là pour confirmer des observations sur quelques années...

  • Saint Cast et son secteur de pêche immédiat est très en retrait des grands courants de la Manche et a fortiori du célèbre Gulf Stream. La conséquence immédiate est un afflux massif à la côte, de "menuse" qui gave même les maquereaux, et notre labrax ne court  plus après les proies d'habitude si intéressantes pour lui. (Lançon vivant en particulier).
  • Si l'on en croit les témoignages de chacun, le braconnage se serait donné du bon temps, et quelques inconscients font des massacres de barsets. Mais a une époque ou le non respect des règles et des conventions ne chagrine plus guère que nos amis plaisanciers, il n'y a plus lieu de céder à la colère.....Toute l'impuissance du monde!!!
  • Ifremer confirmait il y a peu que la ressource en bar n'est pas compromise. Dans le même temps on observe que les prises qui sont nombreuses sur des secteurs comme Bréhat, Cancale ou la baie du Mont Saint Michel, sont en nette régression "chez nous".

Voilà, c'est totu pour aujourd'hui et c'est déjà pas mal!

A bientôt pour d'autres élucubrations.....

Stardust

La zone est définie ainsi :

  • au Nord, le parallèle 48°42'00
  • au Sud, le parallèle 48°40'00
  • à l'Est, le méridien 02°17'50
  • à l'Ouest, le méridien 02°20'00

 

capbars_vig  

 

PROTECTION DES RESSOURCES MARINES. GESTION RESSOURCES HALIEUTIQUES MARITIMES. PÊCHE DURABLE

PROTECTION DES RESSOURCES MARINES. GESTION RESSOURCES HALIEUTIQUES MARITIMES. PÊCHE DURABLE

MISE EN PLACE EFFECTIVE D'UN QUOTAT DE 3 BAR PAR PERSONNES PAR JOURS

FEVRIER 2015

Suite aux nombreuses alertes qui ont étées lancer par nos voisins d'outre Manche, et par les usagers professionnels, ou tout simplement les gens concernés par l'état des ressources marines ; spécialement  pour l'espèce BAR, des mesures sont enfin en place.

Les proposition de la CE cet hiver d'instaurer un quotât sur les prises de Bar pour la pêche récréative furent suivies de nombreuses polémiques et tentatives de rejets invoquant des arguments démagogiques et mercantiles spécialement mise en avant par une des associations de plaisanciers (heureusement pas toutes) dont je ne cite pas le nom.

Le bon sens et la lucidité ont triomphées et c'est avec soulagement que je reçois cette directive qui impose un maximum de 3 Bar par personnes par jours.

Comme je l'ai plusieurs fois expliqué  les stocks étaient rendu a un niveau alarmant ce qui s'est traduit sur le terrain par une baisse de prise des gros spécimens et à un éffondrement du volume globale de capture ces dernières années.

Du reste la pluspart des espèces qui sont ciblées par les pêches de loisirs sont soumises a des quôtats pourquoi dont le Bar qui est le Roi des poissons de pêche sportive aurait il été moins bien considerer que les coques ou autres palourdes !

Nous pouvons espérer que cette mesure associée à la fermeture des pêches hauturières lors de la période de reproduction génèrera une lente mais certaine reconstitution des stocks d'ici une dizaine d'année.

Il faut maintenant que tout le monde joue le jeu et c'est bien ici la  mission des Moniteurs Guides de Pêche que de promouvoir et soutenir ce type de d'actions.

Et tant  d'autres comme le respect générale des ressources marines, des habitats, des zones classées type Natura 2000 et des Aires Marines protégées.

En tant qu'intervenant avec une présence sur l'eau ou le littoral de plus de 8 mois par ans nous avons un rôle de sentinelle, de veille, et d'information contre les atteintes à ce milieu naturel fragile.

Au travers de nos différentes activités d’encadrement, d’enseignement, des pêches sportives, ou animation faune et flore littorales nous sommes les prescripteurs des comportements citoyen !

Par ces actions d'information, de veille  nous pourrons assurer à nos enfants une biodiversité intact ou du moins reconstruite.

Je vous invite donc à consulter  les informations disponible sur le Web, ou autre média comme par exemple le site CONSERVATION NATURE :

http://www.conservation-nature.fr/article3.php?id=221
Ou encore s'informer sur la gestion des Aires Marines protégées :
http://www.cls.fr/fr/applications-et-services/offre-integree/aires-marines-protegees/

Et bien entendu a respecter les tailles minimales de captures, les quôtats que ce soit sur le Bar, mais tous les autres poissons ou espèces que nous sollicitons lors des pêches de loisirs.

Bonne saison  à tous dans le respect de la MER de la faune et flore aquatique.

Amicalement OLLIVIER BERRY MONITEUR GUIDE DE PÊCHE BRETAGNE.

GESTION DES RESSOURCES HALIEUTIQUES MARITIMES. QUÔTATS SUR LE BAR

GESTION DES RESSOURCES HALIEUTIQUES MARITIMES. QUÔTATS SUR LE BAR

PETITION DE SOUTIENT A LA DIRECTIVE CE POUR LA MISE EN PLACE DE QUOTAT DE PÊCHE DU BAR A 2 POISSONS PAR SORTIE

JANVIER 2015

Suite à la directive de la Commission Européenne relative à la mise en place d’un quota de capture de l’espèce « Bar commun » ; à un spécimen par jour par pêcheur,  exerçant dans le cadre de la pêche récréative et de loisir.

 

Proposition élaborée en vue d’assurer un redressement de la ressource dont on constate depuis plusieurs années une chute vertigineuse des individus tant en nombre de prises qu’en termes de taille moyenne.  

 

Une raréfaction des gros spécimens et plus particulièrement les animaux d’un poids de plus de cinq kilos sans parler des poissons de 7 kilos et plus qui deviennent pratiquement aussi rare que les oasis dans le désert.

 

Pour permettre un retour à la normale de la ressource, mais surtout d’agir maintenant sans attendre un que l’état des stocks qui est proche du seuil critique. C’est de l’avenir du monde de la pêche sportive a moyens terme dont il s’agit mais avant tout de la préservation de la biodiversité et du maintien de l’équilibre naturel. Si ce grand prédateur de fin de chaine alimentaire venait a disparaitre le développement des espèces dont le Bar se nourri évoluerait de façon irrationnelle.

 

J’ai entrepris de faire connaitre une opinion différente et contraire à la position prise par les fédérations de pêcheurs plaisanciers  notamment la FNPPSF qui s’oppose catégoriquement à ce genre de mesures d’une part.

 

Qui certes on contribués à quelques actions de gestion de la dite ressource mais restant opposé farouchement à la mise en place d’un permis ;  même d’un cout modique qui pourrait servir à éduquer les nouveaux pratiquants et financer la gestion des aires marines protégées.

 

Ou d’autres types d’actions telles que l’indemnisation des professionnelles pendant une durée de quelques années pour éviter la pêche pélagique sur les frayères pour arriver a un arrêt total passé ce délai de ces pratiques qui sont une aberration puisque les poissons sont prélevés avant la reproduction au moment du regroupement.  

 

La proposition de la Commission Européen est plus que nécessaire et non Mr Kiffer il est hors de question d'aller à l'encontre de ces mesures qui sont indispensables pour qu'à nouveau nous espérions un jour que la population se reconstitue pour redevenir telle qu'elle fut par le passé.

 

Ce type de mesure est en vigueur sur les cabillauds, les thons rouges et autres espèces menacées et tout le monde est d’accord avec cela donc pourquoi le Bar qui est le Roi des prédateurs des poissons de sport dans nos eaux serait-il moins bien considérer que les autres poissons.

 

La proposition d’un individu doit être remontée a deux prises de plus de 42 cm avec l’obligation pour les plaisanciers de détenir à bord de leurs embarcations un dispositif de type vivier ou glacière afin de conserver vivants les bar pêchés.

 

Car il est clair que sans cela le plaisancier va prélever en début de journée deux poissons maillés a 42 par exemple pour poursuivre sa pêche et remettre à la mer les deux poissons du départ pour les remplacer par deux autres plus gros pris plus tard dans la journée.

 

Ce quota est déjà appliqué par les Moniteurs Guide de Pêche depuis plusieurs années dans l’exercice de leur profession à travers laquelle ils enseignent une pratique respectueuse et durable de la pêche sportive.

Ce type de mesures existe sur les espèces cabillaud, thon rouge…

Le bar ne doit pas être moins bien considérer que ces autres poissons ou bien pour quelles raisons ?

 

Il est également impératif d’abroger les autorisations de pêche avec des techniques telles que les lignes de fonds, plaquettes ou hameçons perdus pour la plaisance  car ces engins ne sont pas sélectifs et ne permettent pas de relâcher les poissons sous tailles ou bien de les rejeter mort à la mer.

C’est d’ailleurs le cas depuis plusieurs années en Grande Bretagne qui semble mieux gérer les activités que nous le faisons en France.

 

Ces engins de pêche que tout un chacun peut utiliser à outrance en demandant juste une autorisation aux affaire maritimes pour 50 hameçons lorsque l'on sait qu'en générale certains des usagers en utilisent trois fois plus puisqu'une fois de plus il n'y a aucuns contrôles de ces pratique.

 

Ils est impératif de renforcer les effectif de contrôle en mer mais aussi sur la côte ou règne notamment la nuit l’anarchie et c’est invraisemblable qu’il n’y ai pas assez de moyens pour assurer une veille constante pour éradiquer les pratiques de braconnage qui engraissent les marchés parallèle dont seul les queue  de poissons coupées ne peuvent venir a bout tant il est simple de contourner ce dispositif.

 

La préservation des zones de réserves doit être une priorité et le développement de ces dernières est un objectif incontournable pour régénéré les eaux territoriales Françaises.

 

Cette pétition a pour but de concilier avec la CE et de faire valoir une autre position que celle défendues par les actuels représentants des plaisanciers en place dont la démarche reste à base de demi-mesure.

Le but étant de  ne pas avoir à subir des règles de gestion mais de participer a l’élaboration de celles-ci car elles  sont pourtant indispensables à l’avenir des ressources maritimes si l’on veut un avenir pour les faunes et flores de nos mer et océans.

 

Nous sommes ouverts au dialogue et prêt à défendre ces positions pour une pêche sportive de loisir durable et responsable avec des systèmes de gestion tels qu’ils  sont fait pour les pratiques en eau douce ou cela fonctionne depuis bien longtemps.

 

Nous sommes tout à fait disposer à collaborer avec les différents représentants des pêches maritimes professionnelles pour ne plus se rejeter la balle de façon stérile et sans  avenir.

 

J'invite donc toutes les personnes de bons sens à ne pas suivre la position des associations s’opposant aux directives européennes et vous supplie de signer cette pétition pour :

 

1- soutenir les mesures de la commission avec qui il faut travailler.

 

2- pour la mise en place de quotas, ce qui existe déjà sur d’autres espèces (thon rouges et cabillauds, ormeaux, coquillages etc…

 

3- mesures de restrictions pour les chalutiers pélagiques lors de la période de reproduction ; du renforcement des contrôles a la mer et sur la côte en créant des postes de gardes maritime tels qu’il en existe dans certaines réserves ou site Natura 2000.

 

4- préservation des zones de réserves et la création de zone de jachères tournantes ou renforcement des Aires Marines protégées.

 

5- Instauration d’un permis de pêche en mer dont les recettes financeront les différentes mesures de préservation.

 

6- abrogation de l’usage des engins de pêche non sélectifs et ne permettant pas de remettre a l’eau des poissons sous taille.

 

7- procéder a une estimation certaine des stocks de l’espèce Bar et autre poissons de sport.

Signer cette pétition, la faire circuler, c’est refuser d’être représentés uniquement  par des FEDERATIONS qui sont les seules instances representatives vis a vis des décideurs.

Ces personnes qui pensent détenir la vérité alors qu’ils sont dans un brouillard qui leur pollue la raison estimment que la ressource est en bon etat alors qu il n en est rien..

C’est faire entendre l’avis des personnes conscientes que les efforts a faire sont juste indispensables si l’on veut respecter  la mer, ses habitants, et véhiculer une image de respect de la nature et des habitants qui la compose.

C est decider de faire des efforts et sacrifices pour que la ressource soit gérer et non pas detruite.

Je vous remercie pour votre soutient et la propagation de cette pétition qui j’espère va enfin permettre de gérer et non plus digérer la ressource maritime.

Ollivier Berry, Moniteur Guide de Pêche, pratiquant des pêche sportives depuis plus de trente ans.

DONNEES TECHNIQUES EVALUATION DES RESSOURCES MARITIMES

pecheries du bar atlantique et manche IFREMER

DECEMBRE 2014

 

Avant de signer cette pétition je vous propose de consulter les données sur l'état des stocks du Bar.

Afin de mieux cerner les enjeux vous pouvez vous documenter a l' aide des sources d informations certifiées, objective et sans demagogie.

Tout d'abord le lien vers cette etude de la CE est totalement allarmante les données sont là pour vous aider a comprendre l urgence a agir.

http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/STUD/2014/529083/IPOL_STU%282014%29529083_FR.pdf

Ensuite, une etude iffremer de 2011 qui détaille bien les différents métiers s'interessants aux bar, leurs tonnages et saisons de pêche et la prédation de la plaisance.

 

 

 

 

 

 

 

L'INFLUENCE DES DETRACTEURS OPPOSéS AUX MESURES DE GESTION DE LA RESSOURCE.

Ou l on retrouve la position des federations notamment sur l'argument totalement démagogique qui consiste à prétendre que les ventes de matériel de pêche, et d'équipement des bateaux de plaisances vont s"éfondrer suite à la mise en place de quotat sur le bar !

Lorsqu il ny aurat plus rien à pêcher a par des méduses vous pourrez méditer sur vos prises de positions immorales messieurs !

Ces prises de positions avec des vues a court terme pour simplement évoquer les arguments économiques sans se soucier de l'état critique de la bio diverstité.

Notamment de l'état catastrophique de la gestion irresponsable de la ressource Bar avec l'éternel renvoie de la balle vers l'impact de la pêche professionnelle ne représente pas le point de vue de tous les pêcheurs de loisirs et sportifs de France.

Vous pouvez voir sur le le site de la FNPPSF leurs prises de postitions ici :


http://fnppsf.fr/derniere-minute/presse/Mesures-europeennes-Bar-2016-suite-2.htm

PETITION EN FAVEUR DU QUOTAT BAR

PLUS DE 5000 SIGNATURES

NOVEMBRE 2014

C'est avec plaisir que j'ai pu constater que beaucoup de monde était d'accord pour que l'on impose un quotat sur la pêche du bar a la plaisance et c'est plus de 5000 signature que j'ai pu reccuillir en novembre 2014.

D'autre ont aussi fait ce travail notamment Nicolas sur son site 24 Leurres, et là on trouve une vraie prise de conscience, à voir ici :

http://24leurres.com/leurope-propose-un-quota-dun-bar-par-…/

BRETAGNE MONITEUR GUIDE DE PÊCHE OLLIVIER BERRY

RESULTAT PETITION POUR La mise en place quota Bar commun pêche récréative et de loisir.
RESULTAT PETITION POUR La mise en place quota Bar commun pêche récréative et de loisir.
RESULTAT PETITION POUR La mise en place quota Bar commun pêche récréative et de loisir.

RESULTAT PETITION POUR La mise en place quota Bar commun pêche récréative et de loisir.

11-2014 PETITION DE SOUTIENT A LA DIRECTIVE CE.

POUR LA MISE EN PLACE DE QUOTAT DE PÊCHE DU BAR A 2 POISSONS PAR SORTIE

NOVEMBRE 2014

Suite à la directive de la Commission Européenne relative à la mise en place d’un quota de capture de l’espèce « Bar commun » ; à un spécimen par jour par pêcheur,  exerçant dans le cadre de la pêche récréative et de loisir.

Proposition élaborée en vue d’assurer un redressement de la ressource dont on constate depuis plusieurs années une chute vertigineuse des individus tant en nombre de prises qu’en termes de taille moyenne. 

Une raréfaction des gros spécimens et plus particulièrement les animaux d’un poids de plus de cinq kilos sans parler des poissons de 7 kilos et plus qui deviennent pratiquement aussi rare que les oasis dans le désert.

Pour permettre un retour à la normale de la ressource, mais surtout d’agir maintenant sans attendre un que l’état des stocks qui est proche du seuil critique. C’est de l’avenir du monde de la pêche sportive a moyens terme dont il s’agit mais avant tout de la préservation de la biodiversité et du maintien de l’équilibre naturel. Si ce grand prédateur de fin de chaine alimentaire venait a disparaitre le développement des espèces dont le Bar se nourri évoluerait de façon irrationnelle.

J’ai entrepris de faire connaitre une opinion différente et contraire à la position prise par les fédérations de pêcheurs plaisanciers  notamment la FNPPSF qui s’oppose catégoriquement à ce genre de mesures d’une part.
 
Qui certes on contribué à quelques actions de gestion de la dite ressource mais restant opposé farouchement à la mise en place d’un permis ;  même d’un cout modique qui pourrait servir à éduquer les nouveaux pratiquants et financer la gestion des aires marines protégées.
 
Ou d’autres types d’actions telles que l’indemnisation des professionnelles pendant une durée de quelques années pour éviter la pêche pélagique sur les frayères pour arriver a un arrêt total passé ce délai de ces pratiques qui sont une aberration puisque les poissons sont prélevés avant la reproduction au moment du regroupement.  
 
 
La proposition de la Commission Européen est plus que nécessaire et non Mr Kiffer il est hors de question d'aller à l'encontre de ces mesures qui sont indispensables pour qu'à nouveau nous espérions un jour que la population se reconstitue pour redevenir telle qu'elle fut par le passé.
 
Ce type de mesure est en vigueur sur les cabillauds, les thons rouges et autres espèces menacées et tout le monde est d’accord avec cela donc pourquoi le Bar qui est le Roi des prédateurs des poissons de sport dans nos eaux serait-il moins bien considérer que les autres poissons.
 
La proposition d’un individu doit être remontée a deux prises de plus de 42 cm avec l’obligation pour les plaisanciers de détenir à bord de leurs embarcations un dispositif de type vivier ou glacière afin de conserver vivants les bars pêchés.
 
Car il est clair que sans cela le plaisancier va prélever en début de journée deux poissons maillés a 42 par exemple pour poursuivre sa pêche et remettre à la mer les deux poissons du départ pour les remplacer par deux autres plus gros pris plus tard dans la journée.
 
Ce quota est déjà appliqué par les Moniteurs Guide de Pêche depuis plusieurs années dans l’exercice de leur profession à travers laquelle ils enseignent une pratique respectueuse et durable de la pêche sportive.
Ce type de mesures existe sur les espèces cabillaud, thon rouge…
Le bar ne doit pas être moins bien considérer que ces autres poissons ou bien pour quelles raisons ?
 
Il est également impératif d’abroger les autorisations de pêche avec des techniques telles que les lignes de fonds, plaquettes ou hameçons perdus pour la plaisance  car ces engins ne sont pas sélectifs et ne permettent pas de relâcher les poissons sous tailles ou bien de les rejeter mort à la mer.
C’est d’ailleurs le cas depuis plusieurs années en Grande Bretagne qui semble mieux gérer les activités que nous le faisons en France.
 
Ces engins de pêche que tout un chacun peut utiliser à outrance en demandant juste une autorisation aux affaire maritimes pour 50 hameçons lorsque l'on sait qu'en générale certains des usagers en utilisent trois fois plus puisqu'une fois de plus il n'y a aucuns contrôles de ces pratique.
 
Ils est impératif de renforcer les effectif de contrôle en mer mais aussi sur la côte ou règne notamment la nuit l’anarchie et c’est invraisemblable qu’il n’y ai pas assez de moyens pour assurer une veille constante pour éradiquer les pratiques de braconnage qui engraissent les marchés parallèle dont seul les queue  de poissons coupées ne peuvent venir a bout tant il est simple de contourner ce dispositif.
 
La préservation des zones de réserves doit être une priorité et le développement de ces dernières est un objectif incontournable pour régénéré les eaux territoriales Françaises.
 
Cette pétition a pour but de concilier avec la CE et de faire valoir une autre position que celle défendues par les actuels représentants des plaisanciers en place dont la démarche reste à base de demi-mesure.
Le but étant de  ne pas avoir à subir des règles de gestion mais de participer a l’élaboration de celles-ci car elles  sont pourtant indispensables à l’avenir des ressources maritimes si l’on veut un avenir pour les faunes et flores de nos mer et océans.
 
Nous sommes ouverts au dialogue et prêt à défendre ces positions pour une pêche sportive de loisir durable et responsable avec des systèmes de gestion tels qu’ils  sont fait pour les pratiques en eau douce ou cela fonctionne depuis bien longtemps.
 
Nous sommes tout à fait disposer à collaborer avec les différents représentants des pêches maritimes professionnelles pour ne plus se rejeter la balle de façon stérile et sans  avenir.
 
J'invite donc toutes les personnes de bons sens à ne pas suivre la position des associations s’opposant aux directives européennes et vous supplie de signer cette pétition pour :

1- soutenir les mesures de la commission avec qui il faut travailler. En tant que Moniteur Guide de Pêche nous avons une formation en hydrobiologie, une maitrise des connaissances des milieux aquatiques.

2- pour la mise en place de quotas, ce qui existe déjà sur d’autres espèces (thon rouges et cabillauds, ormeaux, coquillages etc…

3- mesures de restrictions pour les chalutiers pélagiques étudiées selon les spécifications géographiques. Il est établi que la saison de fraye n'est pas la même selon les longitudes.

Il faut définir des zones de protection de la ressource en corréllation avec les spécificités de toutes les zones d'habitats.

L'interdiction des pêches aux chalut de fonds et pélagiques doit s'étendre de la période de regroupement des Bar, jusqu'a la fin de la reproduction en fonction des espaces maritimes.

Les Bar du sud ouest de la France commencent le processus de reproduction fin février jusqu'au mois d'Avril.

Pour la zone Manche Est région de Saint Malo le phénomène commence en Avril pour s'étendre à fin Mai.

renforcement des contrôles a la mer et sur la côte en créant des postes de gardes maritime tels qu’il en existe dans certaines réserves ou site Natura 2000.

4- préservation des zones de réserves et la création de zone de jachères tournantes ou renforcement des Aires Marines protégées.

5- Instauration d’un permis de pêche en mer dont les recettes financeront les différentes mesures de préservation.

6- abrogation de l’usage des engins de pêche non sélectifs et ne permettant pas de remettre a l’eauu' des poissons sous taille.

7- procéder a une estimation certaine des stocks de l’espèce Bar et autre poissons de sport.

Signer cette pétition, la faire circuler, c’est refuser d’être représentés uniquement  par des fédérations qui sont les seules instances représentative vis a vis des décideurs.

Ces personnes qui pensent détenir la vérité alors qu’ils sont dans un brouillard qui leur pollue la raison estiment que la ressource est en bon etat alors qu il n'en est rien..

C’est faire entendre l’avis des personnes conscientes que les efforts a faire sont juste indispensables si l’on veut respecter  la mer, ses habitants, et véhiculer une image de respect de la nature et des habitants qui la compose.

C est decider de faire des efforts et sacrifices pour que la ressource soit gérer et non pas detruite.

Je vous remercie pour votre soutient et la propagation de cette pétition qui j’espère va enfin permettre de gérer et non plus digérer la ressource maritime.

Ollivier Berry, Moniteur Guide de Pêche, pratiquant des pêche sportives depuis plus de trente ans.

Liens signature de la pétition :

http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/aux-mesures-conservation-bar-communaute-europeenne/13125/page2#elComments